Bien-être et sophrologie

Bien-être et équilibre intérieur, comment faire ?

bien-êtreTrouver son équilibre intérieur, le travailler au quotidien et la garder, malgré les obstacles de la vie, peut nous aider dans le chemin vers un mieux être

Le bien-être, la sérénité, c’est un état d’esprit qui nous permet de mieux affronter la vie et ses obstacles, de mieux se relever après un coup dur. Mais comment faire pour atteindre cette sérénité ? Elle passe d’abord par une connaissance de soi, et par un travail d’élimination des peurs limitantes. Nous vous donnons tous nos conseils.

Accepter ses failles et ses contradictions

Nous avons tous des failles : nous sommes nés ainsi, elles font partie intégrante de nous au même titre que nos forces. Personne n’est à blâmer pour nos failles, elles font partie de notre être et ne sont pas quelque chose qu’il faut cacher. On peut les travailler si elles sont gênantes, mais ce sont aussi elles qui font que notre personne est unique. Pourtant, accepter ses fragilités ne se fait pas en un claquement de doigts, cela demande du travail.

Nous avons aussi des contradictions, les accepter fait partie de cette recherche de l’équilibre intérieur. Il ne s’agit pas ici de se juger, mais de mieux connaître la manière dont on fonctionne. Par exemple, imaginez quelque chose qui vous met mal à l’aise, et essayez de comprendre ce qui vous freine. Cela vous permettra de donner plus de sens à vos comportements.

Travailler ses compétences

On se dit souvent que la vie serait plus simple si l’on était plus beau, plus grand, plus intelligent… En faisant cela, on se déprécie et on s’empêche de trouver notre équilibre. Essayez de trouver vos compétences, ce en quoi vous êtes doué, et de les travailler. Il peut s’agir de la peinture, du chant, du bricolage… N’importe quoi ! En se concentrant sur ce que l’on aime, on se sentira plus apaisé.

Se remettre en question

Lorsqu’on rencontre une difficulté, en plus de chercher les solutions, on peut essayer de comprendre ce qui nous a amené là. On a en général tendance à dire que c’est de la faute de quelqu’un d’autre (et c’est souvent vrai), mais nous avons aussi notre part de responsabilité. Que pouvons-nous faire pour changer les choses ?

S’inspirer des autres

Par peur, par sentiment d’infériorité, on a vite tendance à critiquer les personnes qui nous entourent. Et si, à la place, nous essayions de voir les qualités de cette personne dont on pourrait s’inspirer ? La rencontre est un moment de partage, qui doit être plaisant : apprendre à voir le bon chez les autres nous aidera aussi à faire apparaître ce qu’il y a de meilleur en nous.

Ne pas avoir peur de l’échec

La peur de l’échec, c’est celle qui nous retient dans beaucoup de nos projets. Pourtant, chuter, faillir, ce n’est pas grave, cela fait partie de notre parcours de vie. Nous restons trop souvent englués dans des situations (amoureuses, professionnelles, familiales) dont nous n’osons pas nous sortir par peur de l’échec, alors que nous avons en nous les ressources pour nous relever par la suite.

Puis la peur est une projection dans l’avenir. En étant plus ancré dans le présent, nous laissons moins de place à cette projection, et donc à notre peur de l’échec. Etre présent, c’est déjà agir.

Cependant, si vous vous trouvez dans une situation dont vous avez l’impression que vous ne parvenez pas à sortir, n’hésitez pas à demander conseil autour de vous : vos amis, votre famille, ou même un professionnel qui pourra vous aider à aller de l’avant.

Savoir accepter quand l’on va mal

Nous sommes constamment entourés de petites injonctions vers le bonheur et le bien-être, qui nous font comprendre que nous n’avons pas le droit de nous plaindre ni d’aller mal. Pourtant, nous avons le droit de souffrir, même si c’est pour quelque chose qui semble inutile. Accepter que l’on va mal certains jours ou à une certaine période de notre vie. C’est se donner le droit de ressentir cette souffrance, et ceci nous aidera à surmonter les épreuves.

Aussi, chacun a sa propre capacité à se sentir bien ou moins bien. Ne pas essayer de comparer nos difficultés à celles des autres car la souffrance est une émotion qui nous appartient, tout comme la joie ou la tristesse. Enfin, en vivant nos émotions, nous arrivons mieux à rester connectés à nous-mêmes et à nous orienter vers une plus grande satisfaction des besoins.

Penser « comment » plutôt que « pourquoi »

Peut-être avez-vous fait des erreurs par le passé, des choses dont vous n’êtes pas fier, qui vous pèsent aujourd’hui. Plutôt que de vous demander « pourquoi » vous avez fait ça, ou « pourquoi » vous êtes dans une situation qui ne vous convient pas, demandez-vous « comment » avancer. Quelles sont les solutions concrètes pour agir ?

Prendre conscience de soi et de son vécu

La relaxation dynamique en sophrologie ou la méditation sont des excellents exercices pour apprendre à prendre conscience de soi, de ce que l’on vit, de ce qui nous entoure. En d’autres termes, à vivre au présent. Prenez cinq minutes par jour pour essayer de méditer ou de vous relaxer. Comment? Concentrez-vous sur votre respiration (au niveau du nez, du thorax ou du ventre) : n’essayez pas de ne penser à rien, mais laissez les pensées affluer sans essayer de les contrôler.

Si vous sentez que vous avez besoin d’être accompagnés, essayez les séances de sophrologie en groupe ou en individuel.

Pratiquer régulièrement la relaxation vous aidera à prendre conscience de ce que vous vivez chaque jour, et vous aidera dans votre quête de l’équilibre intérieur.

Source : http://psychologue.net